Ma semaine à la Ferme des Enfants (Introduction)

Début août, j’ai suivi, pendant une semaine, la formation « pédagogies alternatives » organisée par Sophie Rabhi et Laurent Bouquet, à la Ferme des Enfants, en Ardèche. Je m’étais inscrite à cette formation afin de découvrir comment fonctionne cette école démocratique, quelles sont les pédagogies qui y règnent et aussi voir le lieu de mes propres yeux. J’y ai trouvé beaucoup plus que ce que j’étais venue y chercher et je suis repartie de là changée pour toujours.

C’est en septembre 2016, après avoir rencontré Sophie Rabhi durant le congrès de l’Écologie de l’enfance, à Montréal et avoir entendu son passionnant cheminement, que j’ai décidé d’aller voir de plus près son école tout juste devenue « démocratique ». Un heureux hasard a fait que Sophie et Laurent venaient de lancer l’Université Vivante  qui organise diverses formations à la Ferme des Enfants (par exemple la formation Gouvernance et Organisation qui enseigne entre autres les fondements de la sociocratie).

Presqu’un an plus tard, j’ai donc profité de mon congé maternité pour aller voir la famille en France et suivre la formation. Cette semaine de stage me paraissait être un sacré défi. Ma fille et mon chum étaient censés partir en randonnée pendant que j’assisterais au stage avec mon petit bébé de 2 mois, allaitement aux 3 heures oblige. La perspective de devoir suivre un cours avec un bébé et de rester suffisamment en forme pour garder mon allaitement efficace et mon cerveau en marche malgré les nombreux réveils nocturnes me paraissait pas loin de l’exploit olympique. Grâce au soutien du papa (qui n’a finalement pas fait de randonnées) et des autres stagiaires très compréhensifs, qui étaient toujours prêts à m’aider à porter mon stock ou mon fils, le défi a été remporté dans la joie (et l’exténuation complète) !

J’avais pour camarades, 23 autres stagiaires, venant d’univers très différents mais qui étaient tous animés par une volonté de changer leur regard sur l’éducation. Ils venaient des quatre coins de la « Francophonie » : Belgique, Suisse, Métropole,  Guadeloupe, et même de la Réunion !

L’ambiance de la formation était très douce et bienveillante, chacun était très ouvert et prêt à aider ou échanger avec les autres. Ce séjour a été vraiment un moment de ressourcement notamment car la Ferme des Enfants est un lieu ouvert aux visiteurs de tout horizon et qu’on y rencontre des gens formidables.  L’école étant au cœur du Hameau des Buis, on y rencontre les habitants de l’écovillage, les bénévoles venus aider à construire des yourtes ou s’occuper des animaux, les visiteurs de passage, etc. C’est un véritable lieu d’échanges et de rencontres qui permet le plein épanouissement et le ressourcement des gens qui s’y arrêtent. Pendant une semaine, on a eu un avant-gout de ce que serait la vie si on y enlevait tout jugement et qu’on y mettait une bienveillance inconditionnelle (le bonheur total de pouvoir se sentir soi-même !!!). On y fait le plein d’ondes positives et on en repart gonflé à bloc, prêts à changer le monde, un petit pas à la fois.

Je vais donc tenter de vous dépeindre fidèlement l’élan d’espoir que nous avons ressenti à l’issu de cette semaine.

Au programme de la formation, il y avait la présentation des différentes « pédagogies » qui ont inspiré Sophie  (Montessori, Freinet, Steiner, les écoles Krishnamurti), des notions sur l’attachement, la bienveillance éducative, la Communication Non Violente, la sociocratie. La plupart de ces thèmes ont été illustrés à l’aide d’exercices pratiques et de mises en situation, qui ont rendu le tout très enrichissant. Chaque matin, on commençait la journée par un « atelier »:  chant, yoga du rire, jeux coopératifs ou massages. Ces rassemblements matinaux nous ont permis de démarrer la journée détendus, de faire davantage connaissance et de découvrir certaines activités faites avec les enfants à l’école (notamment les massages et les jeux coopératifs) et qui à mon avis, devraient être pratiquées dans toutes les écoles tellement elles sont amusantes et agréables !

Comme la formation a été dense, j’ai préféré partager mon récit en plusieurs épisodes. J’ai choisi de revenir sur les thèmes abordés durant la formation qui m’ont le plus parlé et qui ont vraiment été des découvertes pour moi : la bienveillance v.s. la violence éducative ordinaire, la Communication Non violente et la sociocratie ou gouvernance partagée (articles en ligne très bientôt). Ces thèmes ne sont pas intrinsèquement liées aux écoles démocratiques mais aux relations humaines en général et je vous conseille d’en prendre connaissance même si vous n’êtes pas intéressé par les écoles démocratiques en tant que telles.

Pour ceux curieux d’en savoir davantage sur la Ferme des Enfants, j’ai également rédigé un article (en ligne très bientôt) qui décrit en détails le lieu et le fonctionnement de l’école. Vous pouvez-donc naviguer librement, selon vos centres d’intérêt entre ces différents articles et n’hésitez surtout pas à me laisser vos questions ou commentaires.

 

Pour ceux qui ne connaissent pas les écoles démocratiques, je vous en dis plus ici.

N’hésitez pas à vous inscrire à mon infolettre pour recevoir les prochains articles dès leur parution.

2 réponses sur “Ma semaine à la Ferme des Enfants (Introduction)”

  1. Bonjour ,
    Je suis très intéressée par votre retour d expériences. J hésite encore à m inscrire à la formation. Je suis instit’ en école publique en région parisienne et j ai peur que la formation soit trop théorique et qu elle ne me permette pas de me projeter dans ma classe. Qu en pensez vous?
    Merci pour votre retour
    Bonne journée
    Émilie

    1. Bonjour, la formation est une réelle expérience qui apporte une base théorique (qui pourra être complétée par des lectures) mais qui apporte surtout un aspect pratique très enrichissant par l’immersion dans l’école, par les exemples concrets expliqués par les intervenants et par l’échange avec les pairs. De plus, chaque matin il y a des ateliers et des jeux qui permettent de vivre un peu ce dont on parle. Je dirais que c’est une expérience idéale pour vous donner l’énergie de changer vos pratiques. Par exemple avec l’expérience de la gouvernance partagée on apprend réellement par la pratique. Pour l’écoute active et la communication non violente on fait également des petits jeux concrets qui permettent à chacun de réellement comprendre en profondeur ce dont il s’agit. Pour Montessori on a une phase d’exploration où l’on se met dans la peau d’un enfant et où on peut explorer librement tous les ateliers. C’est vraiment une expérience formidable que je vous conseille. De plus, le lieu et les gens présents à la Ferme des enfants valent vraiment le détour.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *