Qu’est-ce qu’une école démocratique ?

J’ai découvert l’existence des écoles démocratiques, il y a environ 2 ans en tombant par hasard sur un article de Ramïn Farhangi qui a fondé l’École Dynamique à Paris et qui expliquait comment l’idée de créer une telle école lui était venue.

À l’époque, je ne m’étais jamais vraiment posée la question du type d’école que je souhaitais offrir à mes enfants. L’école classique me semblait être un gage de confiance.

Si ce modèle nous est proposé (imposé?) par le gouvernement, c’est qu’il doit reposer sur de bonnes bases scientifiques. Ce type d’école a dû faire ses preuves et de toute façon, je m’en suis quand même bien sortie, alors pourquoi se compliquer la vie ?

Mais cet article et les lectures qui ont suivi sur le sujet ont totalement changé ma façon de penser l’éducation, l’enfance, la réussite et le bonheur. Je suis tellement reconnaissante d’avoir appris l’existence de cette autre façon de concevoir l’enfance et l’éducation que je souhaite à chacun de pouvoir au moins en entendre parler pour être sûr de faire des choix éclairés. Il n’y a, à mon avis, rien de pire que de continuer son chemin, tête baissée sans savoir qu’une autre voie est possible.

 

Alors voilà, je vais vous donner un petit aperçu de ce que j’ai appris sur les écoles démocratiques au cours de mes recherches. Mon but est de répondre aux premières questions qui nous viennent quand on découvre ce type d’école :

Qu’est-ce qu’une école démocratique? En quoi est-ce différent d’une école classique? Est-ce qu’il en existe plusieurs types? Comment fonctionnent-elles? Qu’apprennent les enfants dans ces écoles ? Et surtout, les enfants qui sortent de là sont-ils heureux et arrivent-ils à exercer le métier de leurs rêves?

 

Qu’est-ce qu’une école démocratique ?

Il n’y a pas de définition officielle de ce qu’est une école démocratique mais il existe de grands principes généraux sur lesquels reposent la plupart des écoles démocratiques existantes.

Il s’agit donc d’écoles dans lesquelles les apprentissages ne sont pas dictés par un programme d’État ou par les adultes mais sont librement choisis par les enfants. Dans ces écoles, chaque enfant est considéré comme un individu ayant autant de droits et de devoirs que les adultes. Le principe fondateur de ces écoles repose sur l’idée que la Déclaration des droits de l’Homme et du Citoyen s’applique à tout être humain quelque soit son âge. Il est donc important de respecter les choix des enfants. On passe donc d’une perspective où l’adulte est considéré comme celui qui sait et l’enfant celui qui doit apprendre -modèle à la base des écoles classiques- au modèle où enfants et adultes peuvent apprendre les uns des autres et où l’adulte fait confiance à l’enfant pour déterminer ce qui est bon pour lui en terme d’apprentissage.

Ceci repose sur le concept du self-directed learning, l’apprentissage auto-dirigé ou librement choisi. Ce modèle, supporté par de nombreuses publications scientifiques, démontre que les enfants sont doués d’une immense capacité d’apprentissage naturelle et que celle-ci est maximale lorsque l’enfant choisi lui-même ses centres d’intérêt, qu’il est porté par sa propre curiosité et son enthousiasme.

Une école démocratique est donc une école où les enfants ont autant de droit que les adultes et où les enfants déterminent eux-mêmes ce qu’ils veulent apprendre ainsi que quand, où et comment ils vont l’apprendre.

 

En quoi cela diffère-t-il des écoles classiques ?

Au-delà de l’absence de programme imposé, il y a d’autres aspects qui diffèrent des écoles classiques. Dans les écoles démocratiques, les enfants de tout âge sont mélangés afin de faciliter l’entraide et l’empathie. Il n’y a pas de notation, de contrôle ou de devoirs. L’autonomie est fortement encouragée en laissant l’enfant prendre ses décisions et ses initiatives.

Les enfants sont libres de jouer pendant autant de temps qu’ils le veulent.

La plupart du temps, ils sont encouragés à jouer dehors, à découvrir la nature. Les enfants se concertent avec les adultes et votent pour établir les règles de l’établissement.

Les enfants sont encouragés à trouver et suivre leurs centres d’intérêt. S’ils ont besoin d’un support matériel ou humain, ils peuvent en faire la demande. Dans la plupart des écoles, les enfants sont exposés à de nombreuses activités auxquelles ils peuvent choisir de prendre part ou non. Ils ont souvent à disposition des ateliers d’arts plastique, une menuiserie, des salles de musique ou d’informatique. Si un enfant veut faire un apprentissage particulier, il pourra chercher au sein de la communauté une ressource (enfant ou adulte) pour l’aider. L’importance de la bienveillance et de la coopération est souvent soulignée, même si cela peut être également le cas dans de nombreuses écoles classiques.

 

Est-ce qu’il en existe plusieurs types?

Il existe plus de 200 écoles démocratiques dans le monde, reposant sur différents modèles. La plus ancienne est la «  Summerhill School » fondée en 1921 en Angleterre par A.S Neill. Elle a fait l’objet de nombreux ouvrages et documentaires passionnants. Une des plus connues est la « Sudbury Valley School » fondée par Daniel et Hannah Greenberg aux USA, près de Boston, en 1968. Il existe aujourd’hui des écoles fondées sur ces 2 modèles et également des écoles qui ont employées d’autres approches, par exemple les Agile learning Centers . Ces écoles peuvent différer par de nombreux aspects (que je détaillerai dans un prochain article), mais reposent toutes sur les principes définis précédemment. Les différences peuvent être liées par exemple au type de relation existant entre les adultes (ou facilitateurs) et les enfants (les adultes pourront plus ou moins proposer des activités ou simplement rester à la disposition des enfants en cas de besoin), l’organisation des journées (avec ou non des moments de rassemblements imposés), la façon de résoudre les conflits et de « punir » les comportements délictueux (avec des cercles restaurateurs, des conseils de médiations, des sortes de tribunaux ou des commissions judiciaires), la possibilité ou non d’offrir des cours magistraux aux enfants.

 

Comment fonctionnent-elles?

Il s’agit la plupart du temps d’écoles privées car non reconnues et non soutenues par les États. Elles sont donc payantes, ce qui les rend évidemment moins accessibles à tous. Certaines écoles ont fait le choix d’une facturation selon les revenus des parents. Certaines écoles permettent aux parents de payer les frais de scolarité sur une base volontaire et confidentielle (comme ici en Allemagne), en fonction du budget annuel de l’école. Si cette première offre volontaire n’est pas suffisante pour atteindre l’équilibre, alors on demandera aux parents de faire un effort supplémentaire jusqu’à atteindre l’équilibre.

À la Sudbury School, une fois par an, le conseil d’école, composé de l’ensemble du personnel éducateur-accompagnateur et de l’ensemble des élèves, quelque soit leur âge, vote pour embaucher, licencier ou reconduire chaque membre du personnel. Dans d’autres écoles, comme Summerhill l’embauche du personnel n’est en revanche pas gérée par le Conseil d’école.

Dans de nombreuses écoles, il y a des moments de rassemblements quotidiens, des causeries matinales.

Dans les Agile Learning Centers, les enfants assistent, tous les matins à des réunions lors desquelles, ils vont exposer ce qu’ils vont vouloir faire dans la journée et comment ils comptent s’y prendre. La journée finit par une nouvelle courte réunion lors de laquelle, ils reviennent sur ce qu’ils ont faits, discutent des éventuelles difficultés qu’ils ont rencontrées afin de trouver des solutions ensemble.

Les conflits sont gérés lors de réunions hebdomadaires, souvent à l’aide d’outils basés sur la communication non violente.

Les enfants apprennent très tôt à communiquer leurs émotions et à expliquer leurs problèmes.

Dans certaines écoles, des ateliers ou cours à horaire régulier vont être proposés. Par exemple des cours de maths ou de langue. Dans ce cas, les enfants peuvent choisir ou non de s’y rendre.

Il existe souvent un tableau des « je cherche / je propose ». Toute personne peut y inscrire les activités qu’elle veut proposer (ex : je peux donner des cours de jardinage, de programmation informatique, de tricot) ou qu’elle cherche à entreprendre (ex : j’aimerais apprendre le coréen, le taekwondo). Les enfants sont ainsi amenés à un faire un travail d’introspection pour savoir ce qui leur plait et ce qu’ils ont envie de faire et comment ils peuvent y arriver.

 

Qu’apprennent les enfants qui vont dans les écoles démocratiques ? Sont-ils heureux? Arrivent-ils à exercer le métier de leurs rêves?

J’imagine qu’une partie d’entre vous se demande déjà quel enfant va vouloir apprendre les maths, la physique, la géographie si on ne le lui impose pas.

Et bien les résultats montrent que la plupart des enfants vont faire de nombreux apprentissages dans toutes ces matières de manière incidente grâce à leurs propres découvertes et centres d’intérêt. Ces apprentissages, réalisés au cours d’expériences concrètes, vont être beaucoup plus durables et profonds que des apprentissages théoriques imposés.

Un des membres de l’école Sudbury explique par exemple comment elle a été surprise de constater que son fils qui avait été à la Subdury School avait acquis des notions de grammaire (par ex ce que sont les adverbes et les pronoms) sans jamais les avoir étudier formellement mais simplement en jouant au scrabble et en cherchant des mots dans le dictionnaire. Ils peuvent aussi par exemple apprendre les mathématiques et la géométrie en réalisant des objets en bois ou en cuisinant.

Ainsi, en plus d’apprentissages incidents dans les matières classiques, les enfants acquièrent des compétences très importantes pour leur vie future et qui vont en faire des jeunes adultes un peu différents des jeunes passés par un cursus classique. Ils apprennent à faire preuve d’esprit critique, de créativité, à communiquer de manière non violente, à exprimer leurs idées, exposer leurs projets, ils apprennent la coopération, l’éthique, le sens des responsabilités, l’autonomie, le respect des autres, l’empathie, le plaisir de profiter de la nature et d’être physiquement actif dehors.

Ce qui revient dans tous les témoignages de personnes ayant visité ces écoles, c’est le bonheur et l’enthousiasme qui émane de ces enfants qui sont fondamentalement heureux d’aller à l’école tous les jours.

Les enfants, qui, à l’issu de leur scolarité, veulent passer un examen d’entrée à une université, peuvent se préparer en prenant des cours académiques additionnels. Grâce à leur motivation intrinsèque, ils sont en général capables de se mettre à niveau très rapidement.

Tous les rapports évaluant (voir notamment ici ) le devenir de enfants scolarisés dans les écoles démocratiques montrent que la plupart ont réussi à poursuivre des études supérieurs si c’était leur choix, à obtenir les diplômes qu’ils voulaient et à exercer le métier qu’ils souhaitaient. La plupart des grandes universités accueillent très favorablement ces étudiants passionnés qui postulent non pas par obligation mais qui font le choix d’apprendre.

Ces écoles forment donc des jeunes enfants créatifs, capables de s’adapter aux changements de la société, de résoudre leurs problèmes par eux-mêmes et de poursuivre leur rêves.

 

Qu’en pensez-vous ? Seriez-vous prêts à opter pour ce genre d’école si vous en aviez une à proximité ?

2 réponses sur “Qu’est-ce qu’une école démocratique ?”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *